fr en
Avertissement !

Ce site est réservé à un public majeur et averti, il propose un contenu à caractère pornographique à des personnes âgées de plus de 18 ans.
En cliquant sur "ENTREE" vous certifiez avoir pris connaissance des obligations suivantes :

- Etre majeur selon les lois françaises et que ces lois vous autorisent à accéder à ce service.
- A ne pas diffuser le contenu de ce service qui est la propriété de l'éditeur.
- A ne pas faire connaître ce service à des mineurs, sous peine de sanctions pénales.
- A ne pas poursuivre l'éditeur de ce service pour toute action judiciaire.

  • logo1
  • logo2
  • logo3
  • logo4
  • logo5
  • logo6
  • controle parental
Edito

Par Anna

Vous avez goûté des liqueurs bien trop fortes pour vous contenter d'une femme au goût de sirop !

Voir ses articles

Chroniques Interview Exclu: Orelsan

Interview Exclu: Orelsan

Mes chères Dorcell(e)iennes,

Je suis ravie de vous présenter la première interview que j’ai eu le plaisir de faire en tant que chroniqueuse Dorcelle ou bien soyons honnêtes, en tant que fan ! Car je l’avoue je suis une fan inconditionnelle d’Orelsan depuis que j’ai découvert son morceau « La peur de l’échec ». J’ai eu le plaisir de croiser ce talentueux rappeur lors de l’enregistrement d’une émission et j’ai sauté de joie lorsque j’ai appris que j’allais pouvoir interviewer un artiste qui me suit toujours sur mon mp3. Sa chanson « Finir mal » berce mes ruptures amoureuses tandis que son morceau « Saint Valentin » me fait rire en me remontant le moral !

Nous sommes nombreuses à lire la presse et ça me fait toujours doucement rigoler de lire que tels ou tels artistes reconnus restent humbles et modestes… Et pourtant je vous l’affirme Orelsan est un amour ! Arrivée au rendez-vous une heure à l’avance il boit tranquillement son thé lorsque j’arrive. Je me sens un peu coupable de commander une coupe de champagne et je l’interroge avec ma délicatesse habituelle « mais tu ne bois plus d’alcool ? Mais pourquoi ? » il me répond en rigolant qu’il s’est beaucoup calmé sur l’alcool d’autant plus qu’il se trouve en période d’enregistrement. Il souligne cependant « qu’avec tout ce qu’il a bu dans sa vie il pourrait écrire des centaines de chansons sur le sujet ! »

Je voulais un peu vous décrire le contexte de ce début d’interview mais je tiens surtout à vous dire qu’il fait partie de ces artistes qui gagnent à être connus : pour la qualité de ses textes mélangeant l’humour, la satire, la peine et le talent !

J’espère que ce qui va suivre vous plaira.

Pour un mec « perdu d’avance » (1er album d’Orelsan, ndlr) tu t’en sors plutôt bien non ? Deux victoires de la musique, des salles combles et des milliers d’admirateurs… Comment vis tu ce succès ?

Je suis vachement content ! C’est vrai que mon premier album s’appelait perdu d’avance pourtant il a un peu marché : j’y retraçais principalement la vie que j’ai menée de mes 15 à mes 25 ans. Je parlais de la vie du mec de province que j’étais : un mec qui se prenait des râteaux, qui doutait quelque fois de lui. Lors de l’écriture du second album je ne pouvais plus me permettre de parler du fait de se faire refouler en boîte etc… Donc oui je suis sincèrement content de ce succès !

Finalement t’es-tu laissé tenter par « le chant des sirènes » (2e album d’Orelsan, ndlr) ?

Au début c’est entraînant, beaucoup de choses ont changé mais le plus important à mes yeux c’est la musique.

Le regard des femmes a probablement beaucoup changé sur toi, en profites-tu, en joues-tu ou bien cela t’est-il égal ?

Je m’en fiche un petit peu maintenant. C’est marrant parce qu’à 18 ans, séduire c’était un peu mon but dans la vie, lorsque tu regardes autour de toi, les discussions entre potes sont focalisées sur les femmes, on avait tous envie d’avoir le plus de conquêtes possibles mais à vingt-cinq ans j’en suis arrivé à un stade où je me suis retrouvé à bosser dans un hôtel et faire du rap en parallèle, ce n’était pas très glamour et j’avais très peu d’arguments…. Evidemment aujourd’hui c’est beaucoup plus facile : il y a des personnes intéressées parce qu’elles apprécient ma musique ou bien l’image que je renvoie dans mes clips, mais en ce moment j’ai une copine, je suis bien et je reconnais que je peux prendre un malin plaisir juste à me dire que « oui tiens, j’aurais pu, mais non je n’ai rien fait ». Je me sens un peu comme une bonne meuf des fois. Pour moi c’était impensable de dire non à une fille et la première fois que ça m’est arrivé je me suis dit « ouah ça a changé ! ».

Dans ta chanson « Pour le pire », on peut facilement s’imaginer que tu caricatures une réalité lorsque tu te décris comme un « pauvre type égocentrique ». Cependant, as-tu conscience que ce texte reflète bien certains rapports « amoureux  » ?

Ce que j’ai voulu mettre en avant ce n’est pas une relation de couple normale. L’idée de base étant le fait que tu ne me plaises pas plus que ça, mais je suis tout seul donc autant se voir et profiter… Certains pourraient penser que c’est une chanson misogyne, alors que non, puisque ça marche dans les deux sens : les filles fonctionnent de la même manière mais c’est drôle car il arrive qu’au bout d’un certain temps tu tombes amoureux. Et il arrive aussi que tu n’aies pas envie de t’investir sans être prêt à quitter l’autre et il est vrai que ça symbolise bien certaines relations d’aujourd’hui. Mais d’un autre côté, c’est assez agréable d’avoir une relation légère sans avoir forcément besoin de se projeter sur le long terme. C’est tout de même l’histoire d’une fille qui dit au mec qu’elle en a marre de leurs baratin et qu’elle veut la vérité : la situation est rigolote.

D’après l’enquête de l’ifop, 82% des femmes ont déjà regardé du X : cela t’étonne-t-il? Te verrais-tu regarder des films X avec ta copine ?

Oui je pourrais en regarder un avec ma copine mais pas tant pour s’exciter que pour rigoler. Tout dépend du film et de la situation. Apres, moi je vois ça comme un truc personnel, mais aujourd’hui je recherche un autre style d’excitation.

J’ai l’impression qu’il est un peu inscrit dans l’inconscient collectif que l’image de la femme est dégradée dans les films X , quel est ton avis la dessus ?

On a souvent tendance à dire la même chose du rap, mais tout dépend de ce que l’on écoute, de quels type de films on regarde et de la façon dont on les interprète. Il ne faut pas faire de raccourcis et c’est facile de généraliser.

Penses-tu qu’il est encore possible que le rap et le X restent des milieux subversifs encore aujourd’hui?

D’un certain point de vue on peut dire que le rap est moins subversif aujourd’hui: il existe depuis trente ans, passe en radio… Après, tout dépend de ce que l’on en fait. Par exemple certaines de mes chansons vont être perçues comme subversives et d’autres comme « commerciales naïves ». Quant au X, lorsque je tombe sur certaines scènes sur Youporn, je me dis que si je l’assimilais au rap ça serait de la soupe ! Pourtant le X reste subversif : filmer du sexe ce n’est pas anodin et je ne me verrais pas regarder une scène de x dans le train comme si de rien n’était !

Que penses-tu de la bande son des films X ? Trouves tu que cela joue un rôle sur le film et l’excitation qu’il procure ? Serais-tu tenté par en écrire une ?

Orelsan me répond en rigolant : « Il y a encore des bandes sons dans les films X ?! »

A un moment c’est le type de projet qui m’aurait intéressé ! Je pense que la musique peut jouer un rôle important sur l’excitation. C’est agréable d’avoir un fond sonore pendant l’action, mais je préfère mettre des mix ou bien de l’électro. Je souffre de déformation professionnelle : il ne faut surtout pas me mettre de rap c’est le meilleur moyen de me déconcentrer!

Dans  » Finir mal  » tu exprimes très bien la douleur que l’on ressent lors d’une rupture amoureuse, mais il est surtout intéressant de constater que « l’indifférence est l’une des pires souffrances ». En tant qu’artiste préfères-tu être critiqué ou bien ignoré ?

J’apprécie le fait d’avoir un public et c’est important pour moi en tant qu’artiste de savoir que des gens me soutiennent et apprécient mon travail : j’aime avoir cette base-là. Mais j’aime aussi provoquer, choquer par moments. C’est aussi le travail d’un artiste pour toucher les gens. J’aime aussi surprendre mon propre public, je sais que certains apprécient mes chansons de rap un peu décalé et drôle mais lorsque j’ai envie de faire un morceau un peu plus chantant et produit, je le fais. Il faut aussi savoir être là où on ne nous attend pas.

Apparemment tu es en studio en ce moment, peux-tu nous raconter ce sur quoi tu travailles ?

Ces derniers temps j’ai fait pas mal de featurings qui vont bientôt sortir : avec Medine, Seth Gueko et d’autres encore, et actuellement je travaille sur un album avec mon pote Gringe. Nous avons un groupe depuis le début des années 2000. Il a participé à une dizaine de mes morceaux dont « Saint Valentin » (si vous ne connaissez pas ce morceau je vous suggère de l’écouter très vite, un hymne drôle à l’anti romance). Ce sera un album de mecs, un album de connards : on parle d’alcool, de meufs….

Une qualité qui te touche chez une femme ?

L’intelligence. Par intelligence je ne veux pas dire qu’elle doit être forte en maths, mais qu’elle soit capable d’analyser les situations.

Nous sur le site on aime raconter nos « fails » voire « epic fails » sexuels, en as-tu un à partager ?

Je ne suis pas sûr de vouloir les raconter en revanche des histoires de capotes qui craquent ou d’éjaculations précoces j’en ai !

1 reponse

  1. Boucles d'or 16 mai 2013 at 09:13

    Merci le Marginal! En effet, c’est à se demander si ce n’est pas de la déformation professionnelle! ;-)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Social Media Icons Powered by Acurax Web Design Company