fr en
Avertissement !

Ce site est réservé à un public majeur et averti, il propose un contenu à caractère pornographique à des personnes âgées de plus de 18 ans.
En cliquant sur "ENTREE" vous certifiez avoir pris connaissance des obligations suivantes :

- Etre majeur selon les lois françaises et que ces lois vous autorisent à accéder à ce service.
- A ne pas diffuser le contenu de ce service qui est la propriété de l'éditeur.
- A ne pas faire connaître ce service à des mineurs, sous peine de sanctions pénales.
- A ne pas poursuivre l'éditeur de ce service pour toute action judiciaire.

  • logo1
  • logo2
  • logo3
  • logo4
  • logo5
  • logo6
  • controle parental
Shopping

Librairie & jeux Le Petit Théâtre Masturbatoire

Le Petit Théâtre Masturbatoire

Les mystères des fantasmes masculins par une travailleuse du sexe

En cette terrible période de « débat sur la prostitution », voici un livre qui permet de se glisser, en flashs, dans la réalité d’une travailleuse du sexe – et prouve que la condamnation (même morale) du client et la victimisation systématique des prostituées et autres sex-workers sont d’une absurdité consternante.

Quand j’avais 18 ans, j’ai beaucoup pratiqué les « séances d’exhibition » : une option des sessions photo/vidéo de charme de mes petites annonces dans le très sérieux « Chasseur d’Images ».

C’est une activité souterraine si répandue qu’elle échappe au cadre des sex-shops et théâtres érotiques. Le principe était simple : je performais dans mon studio photo, comme pour une séance vidéo, sauf que le « client », n’étant pas encombré par un caméscope, avait le droit de se masturber. (Ben quoi, il faut bien l’occuper.)

J’adorais l’idée qu’ils ne se cachent plus derrière un appareil (certains « photographes » venaient avec un appareil jetable !)  mais je ne me doutais pas de l’étendue de leurs secrets.

Ces séances d’exhibition constituent l’expérience la plus enrichissante de ma sexualité.

D’abord, parce que je sais qu’on peut avoir un rapport sexuel sans AUCUN contact, d’une puissance et d’une intimité bien supérieure à celle d’un missionnaire du samedi soir. (Bill Clinton est un con)

Ensuite, parce que la diversité des « perversions », ou plutôt, des imaginaires, est inimaginable. Je suis vite devenue accro, sans me lasser, pendant des années : « de plus en plus curieux ». Une succession de fabuleux mystères (au moyen-âge, on appelait mystères les pièces de théâtre, alliant religieux et profane).

Marianne Chargeois a pratiqué en théâtre privé (où le contact est autorisé pourvu qu’il ne soit pas génital) et nous offre quinze portraits d’hommes aux fantasmes particuliers. Elle décrit des scènes, sans juger, sur un ton neutre – le regard est parfois cruel, mais jamais méchant.

La cruauté vient de l’intelligence du choix et de l’acuité des détails, et révèle plus la lucidité de la performeuse (souvent distanciée, car en position d’actrice et réalisatrice) que son sentiment. L’humour, du fond et de la forme, dédramatise l’obscénité, jusqu’à la jubilation. Les illustrations de Nanad’Panam, dans un  style rétro truculent, accompagnent parfaitement ce voyage surréaliste au pays du sexe bizarre, ambiance freaks.

Le fétichiste de la culotte blanche
Le Petit Théâtre Masturbatoire, éditions Humus, 2013

La 4e de couv dit que c’est un livre qui transforme le lecteur en voyeur. C’est bien plus que cela : le voyeur, c’est le client. Le lecteur observe au travers du regard de l’auteur qui raconte au travers des yeux de la performeuse qui observe son voyeur qui lui demande de mettre en images ses fantasmes. Et comme le seul jugement viendra du lecteur – on peut dire que ce livre vous regarde aussi

Le soumis hélicoptère, l’homme qui couchait avec sa sœur, l’homme pressé, l’homme qui jouissait du nez, le véto, l’amoureux transi… ils existent vraiment, je le jure : je les ai rencontrés. Du moins, leur profil – et l’incroyable liste de Marianne est loin d’être exhaustive.

Tous ces clients sont des hommes « normaux », souvent en couple, de tous âges et de tous milieux. Peut-être que votre amoureux a des secrets encore plus bizarres… Oseriez-vous les explorer ?

Le Petit Théâtre Masturbatoire, de Marianne Chargois et Nanad’Panam, éditions HumuS, 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Social Media Icons Powered by Acurax Social Profile Design Experts