fr en
Avertissement !

Ce site est réservé à un public majeur et averti, il propose un contenu à caractère pornographique à des personnes âgées de plus de 18 ans.
En cliquant sur "ENTREE" vous certifiez avoir pris connaissance des obligations suivantes :

- Etre majeur selon les lois françaises et que ces lois vous autorisent à accéder à ce service.
- A ne pas diffuser le contenu de ce service qui est la propriété de l'éditeur.
- A ne pas faire connaître ce service à des mineurs, sous peine de sanctions pénales.
- A ne pas poursuivre l'éditeur de ce service pour toute action judiciaire.

  • logo1
  • logo2
  • logo3
  • logo4
  • logo5
  • logo6
  • controle parental
Edito

Edito Dix mauvaises raisons d’arrêter l’épilation intime #1

Dix mauvaises raisons d’arrêter l’épilation intime #1

C’est la nouvelle tendance – il semblerait que les médias aient déclaré la guerre à l’épilation intime. Le principal argument de ce nouveau diktat des médias, c’est que les médias nous auraient imposé le diktat de l’épilation… A l’insu de notre plein gré, tout ça. Ils se sentent si coupables qu’ils ne reculent devant rien pour renverser la tendance. Petit florilège des pires raisons qu’on vous brandit au visage pubis : un vrai gloubiboulga de terrorisme intellectuel.

  • 1 – « La toison pubienne est une protection naturelle »

Contre le froid, les chocs, etc.… oui. Toutefois, la plupart d’entre nous évoluent dans un environnement civilisé qui impose le port de vêtements, de sous-vêtements, de maillots de bain, (et même de protège-slips désodorisants, pour les plus angoissés)  et cette protection semble obsolète.

  • 2 – « L’épilation intime favorise les infections et les MST »

Je suis peut-être de mauvaise foi : le poil protège aussi des maladies. Prenez garde ! Le rasoir provoque des micros coupures, c’est scientifiquement prouvé, et toute épilation intime fragilise et favorise donc les infections, les bactéries et les virus, dont le terrible Molluscum Contagiosum (non ça ne vient pas d’un article du Gorafi).

Effectivement, imaginer son amant éjaculer sur les micro-coupures sanguinolentes de sa vulve, ça refroidit.

Dans la pratique : le rasoir est déconseillé pour toutes les parties du corps. Les théories sur les risques de contamination accrus s’appuient sur des études en milieu hospitalier, qui a fini par abandonner le rasage préopératoire. Tout le monde sait que l’hôpital reste le meilleur endroit ou attraper une saloperie (infections nosocomiales), et je ne vois pas bien ce que cet argument vient faire dans des articles de sites/magazines féminins sur l’épilation intime (d’autant que le rasage est une méthode déconseillée et de plus en plus marginale)

Personnellement, si je néglige mon épilation intime, je m’expose très vite à un inconfort, suivi de démangeaisons, qui peuvent aboutir à une mycose.

  • 3 – « L’épilation stoppe la production et la diffusion des phéromones »

J’adore les phéromones, je les considère fondamentales dans l’attirance et l’alchimie sexuelle. Sauf qu’il est ridicule de les confondre avec les odeurs (car le poil a bien une odeur, je ne nie pas, elle est même souvent très agréable).

Les phéromones sont traitées par les circuits limbiques du cerveau, c’est-à-dire qu’elles agissent dans votre inconscient. De toute manière, les principales phéromones seraient produites par la sueur, et des glandes situées à l’intérieur du vagin… et dans la poitrine.  Personne ne vous emmerde avec l’épilation des seins.

Pour les autres odeurs (fluides corporels, peau…) elles ne sont certainement pas crées par le poil. Elles peuvent y être retenues ou exacerbées, et le poil lui-même peut nuancer votre fragrance globale – en aucun cas la faire disparaitre. Bref, si vous pensez qu’un corps épilé n’a aucune odeur, vous ne savez pas humer votre amant(e)

  • 4 – « L’épilation intime est un rejet de l’animalité »

Sérieusement. Tous les mammifères poilus que j’ai pu observer, en vrai, ou en photo/vidéo, sont justement imberbes des parties génitales, et seulement des parties génitales. (Avant, j’argumentais très longuement sur ce point, mais avouez que ce détail suffit à invalider toute la théorie)

  • 5- « L’épilation intime / intégrale vient du porno et transforme la femme en objet sexuel »

Le « diktat de l’épilation », s’il existe, vient surement davantage des magazines féminins (l’épilation est un de leurs marronniers, comme le régime) que du porno.

Parce que cela fait des décennies qu’on nous impose l’épilation, tous les medias d’accord là-dessus. Mais à peine quelques années que les femmes regardent du porno, tous les médias sont d’accord là-dessus aussi. (Bien sur, je ne suis pas d’accord avec les médias, mais je débattrai quand ils se seront mis d’accord avec eux-mêmes)

Evidemment, les actrices porno apportent surement plus de soin à leur toison pubienne que la moyenne des femmes. Ce n’est pas un complot phallocrate, pornocrate, ou scientologue : il est très naturel et logique de soigner l’apparence de ce qu’on expose. On se maquille avec plus de soin quand on sait qu’on va être photographiée et on ne va pas à une réception en jogging délavé. Ce n’est pas un diktat, c’est la coutume et un signe de respect des autres et de soi même chez tout animal social.

Quand à l’objet sexuel, j’assume parfaitement mon plaisir et mon désir d’être un objet de désir, de la même manière que mon amant devient objet de désir. Le sexe sans désir, ça vous intéresse, vous ?

A suivre : Dix mauvaises raisons d’arrêter l’épilation intime #2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Animated Social Media Icons Powered by Acurax Wordpress Development Company